L’alimentation de votre bébé jusqu’à un an

Partager cette page :

L’alimentation de votre bébé jusqu’à un an

Faits saillants
  • Pendant les 6 premiers mois de leur vie, les bébés allaités tirent tout ce dont ils ont besoin du lait de leur mère.
  • Vers l’âge de 6 mois, la plupart des bébés sont prêts à manger d’autres aliments.
  • Si vous attendez trop longtemps après l’âge de 6 mois pour introduire d’autres aliments, vous accroissez son risque de carence en fer.
  • Respectez les indices que votre bébé vous donne quand vous commencez d'introduire des aliments solides.

L’alimentation pendant la première année de vie est une aventure passionnante, autant pour les parents que pour les bébés. C’est une question de développement, de nutrition, de curiosité, de partage et d’apprentissage. De plus, l’attachement augmente tandis que vous effectuez les tâches quotidiennes liées à votre bébé.

Vous pouvez aider votre bébé à acquérir des habitudes de saine alimentation en lui donnant un bon départ.

Les 6 premiers mois

Pendant leurs 6 premiers mois de vie, les bébés allaités tirent tout ce dont ils ont besoin du lait de leur mère.

  • Le lait maternel contient la quantité et la qualité d’éléments nutritifs nécessaires pour répondre aux premiers besoins alimentaires de votre bébé.
  • Le lait maternel est plus facile à digérer, donc risque moins de causer de la constipation ou de la diarrhée.
  • Le lait maternel contient également des anticorps et d’autres facteurs immunitaires qui aident votre bébé à mieux prévenir les maladies et à mieux lutter contre elles.
  • Les bébés exclusivement allaités devraient prendre des suppléments quotidiens de vitamine D, offerts sous forme de gouttes.

Si vous ne pouvez pas allaiter, utilisez une préparation lactée pour nourrisson enrichie de fer en magasin pendant les 9 à 12 premiers mois de vie de votre bébé. Cette préparation lactée devrait être à base de lait de vache. Aucune donnée convaincante n’indique que les préparations à base de soja empêcheront votre enfant de contracter une allergie. Parlez avec votre médecin si vous ne savez pas quelle préparation convient le mieux à votre enfant.

L’introduction des aliments solides

À l’âge d’environ 6 mois, la plupart des bébés sont prêts à consommer d’autres aliments. Parallèlement, vous pouvez continuer d’allaiter jusqu’à ce que votre bébé ait 2 ans, ou même après.

Vous saurez que votre bébé est prêt à consommer d’autres aliments lorsqu’il :

  • semblera avoir faim plus vite qu’à l’habitude;
  • pourra s’asseoir sans aide et bien contrôler les muscles de son cou;
  • conservera la nourriture dans sa bouche sans la faire ressortir immédiatement avec la langue;
  • s’intéressera aux aliments quand les autres mangent;
  • ouvrira la bouche lorsqu’il verra les aliments arriver vers lui;
  • vous indiquera qu’il ne veut pas manger en se reculant ou en détournant la tête.

Rappelez-vous que tous les bébés sont différents. Certains seront peut-être prêts quelques semaines avant 6 mois, ou juste après. Cependant, si vous attendez trop longtemps après cet âge pour introduire d’autres aliments, vous accroissez son risque de carence en fer.

Quels aliments devrait-on présenter en premier à notre bébé?

Il existe bien des manières d’introduire les aliments solides. Les premiers aliments présentés varient généralement selon la culture et la famille.

  • Commencez par des aliments qui contiennent du fer, car les bébés en ont besoin pour divers aspects de leur développement. La viande, la volaille, le jaune d’œuf cuit et les légumineuses bien cuites (haricots secs, lentilles, pois chiches) sont de bonnes sources de fer. Les céréales pour nourrisson enrichies de fer au riz ou à l’orge sont souvent privilégiées parce qu’elles sont de bonnes sources de fer.
  • Introduisez un seul nouvel aliment à la fois, et attendez de 2 à 3 jours avant d’en présenter un autre. Ainsi, si votre bébé fait une réaction, vous aurez une idée de l’aliment qui en est responsable.
  • Il n’y a pas d’ordre particulier pour introduire les nouveaux aliments. En général, il n’est pas recommandé de retarder l’introduction d’un aliment (comme les arachides, le poisson ou les œufs) après 6 mois pour tenter d’éviter une allergie. Cette recommandation s’applique même si votre enfant est à haut risque d’allergie (un enfant est considéré à haut risque si l’un de ses parents ou de ses frères ou sœurs présente un trouble allergique).
  • Parlez à votre médecin si vous vous posez des questions.

Vous pouvez commencer par les aliments sains que votre famille consomme, pourvu de les servir nature, sans ajouter de sel, de sucre ou d’épices. Vous pouvez également utiliser les aliments pour bébé vendus dans le commerce, si vous lisez l’étiquette pour vous assurer qu’ils ne contiennent pas de sel ou de sucre ajouté.

  De 6 à 9 mois De 9 à 12 mois
Produits céréaliers Offrez de 30 mL à 60 mL (2 c. table à 4 c. table) de céréales pour nourrisson enrichies de fer, deux fois par jour. Essayez ensuite d’autres produits céréaliers, tels que de petits morceaux de pain grillé sec. Offrez d’autres céréales nature, du pain de blé entier, du riz et des pâtes.
Légumes Offrez des légumes cuits en purée, jaunes, verts ou orangés. Passez aux légumes cuits mous et écrasés.
Fruits Offrez de la purée de fruits cuits ou des fruits très murs et écrasés (comme les bananes). Essayez les fruits frais mous, pelés, épépinés et coupés en dés ou en conserve, préservés dans l’eau ou le jus (sans sirop).
Viandes et substituts Offrez de la viande, du poisson, du poulet, du tofu, des haricots secs ou des œufs que vous aurez cuits et réduits en purée. Émincez ces aliments ou coupez-les en très petits morceaux.
Lait et produits laitiers   À 9 mois, vous pouvez offrir des produits laitiers comme du yogourt (3,25 % ou plus), du fromage cottage ou du fromage dur râpé.

Introduisez le lait de vache entier (3,25 %).

Après l’âge de 12 mois, votre bébé ne devrait pas consommer plus de 720 mL (24 oz) de produits laitiers par jour. S’il prend trop de lait, il risque de souffrir d’anémie ferriprive (carence en fer).

Quelle quantité d’aliments devrais-je donner à mon bébé?

Respectez les indices que votre bébé vous donne. Commencez par lui présenter 1 ou 2 cuillerées à café. Prenez votre temps. Certains bébés ont besoin de goûter à un aliment de nombreuses fois avant de l’accepter. Si votre bébé n’a pas faim, il détournera la tête et fermera la bouche. S’il a faim, il s’animera et ouvrira la bouche.

N’incitez jamais votre bébé à manger davantage en imaginant des jeux ou en lui offrant des aliments sucrés. Les bébés qu’on laisse respecter leur faim risquent beaucoup moins de trop manger plus tard dans la vie.

En présentant à votre bébé des aliments aux goûts et aux textures variés, il apprendra à manipuler la nourriture dans sa bouche.

Le développement de votre bébé La fréquence à laquelle le nourrir Le type d’aliments à lui donner
S’assoit avec de l’aide De 2 à 3 fois par jour* Les aliments en purée ou écrasés et les aliments semi-solides
S’assoit seul De 2 à 3 fois par jour* Les aliments de la famille, de petites quantités d’aliments mous en purée, sans morceaux
Rampe De 3 à 4 fois par jour* Les aliments de la famille, en dés ou écrasés avec de petits morceaux mous; les aliments croquants qui fondent, comme les craquelins de grain entier
Marche 3 repas et 2 collations par jour* Les aliments coupés grossièrement, les aliments plus texturés, les aliments pour tout-petits, les morceaux de la grosseur d’une bouchée, les aliments à manger avec les doigts

*Sans compter le lait maternel, la préparation lactée ou le lait de vache, selon l’âge de votre enfant.

L’eau et le jus

  • Les bébés exclusivement allaités n’ont pas besoin de boire d’eau. Lorsque votre bébé commencera à manger d’autres aliments, vous pourrez lui offrir de l’eau de temps en temps.
  • Les bébés et les enfants n’ont pas besoin de boire de jus. Si votre bébé en boit trop, surtout du jus de pommes, il peut faire de la diarrhée et remplir son petit estomac, réduisant ainsi son appétit pour des aliments nutritifs. Trop de jus peut aussi favoriser la carie de la petite enfance.
  • Si vous offrez tout de même du jus à votre bébé, assurez-vous de lui présenter seulement du jus de fruits pur à 100 %. Donnez-le-lui seulement dans une tasse, pendant son repas ou sa collation. Offrez de l’eau aux bébés et aux jeunes enfants qui ont soif entre les repas et les collations. Limitez la quantité de jus pour qu’elle ne dépasse pas de 125 mL à 175 mL (4 oz à 6 oz) par jour.

Y a-t-il des aliments que mon bébé ne devrait pas manger?

  • Les bébés ne devraient pas se faire offrir de boissons ou d’aliments sucrés, comme des bonbons, des boissons gazeuses ou des boissons énergisantes.
  • Ne donnez pas de miel aux bébés de moins d’1 an, à cause du risque de botulisme du nourrisson (un empoisonnement alimentaire).
  • Rien ne justifie de retarder l’introduction des allergènes courants (comme les œufs, le poisson ou les noix) après 6 mois. Après avoir commencé à offrir ces aliments à votre bébé, il est important de continuer de lui en donner régulièrement.

Devrais-je savoir autre chose sur l’alimentation de mon bébé?

  • Lavez-vous toujours les mains avant l’allaitement, et lavez celles de votre bébé avant de le faire manger.
  • Essuyez les gencives de votre bébé deux fois par jour à l’aide d’un linge doux et humide, pour favoriser une bonne santé buccodentaire.

Comment puis-je prévenir l’étouffement?

Les jeunes enfants ne savent pas comment mâcher les aliments pour les déchiqueter en petits morceaux. Ils n’ont pas appris à faire remonter un morceau de nourriture qui reste pris dans la gorge. Les aliments qui risquent le plus de provoquer un étouffement sont petits, ronds ou cylindriques, comme les saucisses à hot-dog, les raisins entiers, les tranches de carottes, les graines et les bonbons durs.

Pour protéger votre bébé :

  • Supervisez toujours vos enfants quand ils mangent.
  • Assurez-vous que votre enfant s’assoit pour manger.
  • Râpez les légumes crus, comme les carottes, pour en faciliter la mastication.
  • Cuisez les fruits et les légumes durs, pour les ramollir.
  • Coupez en longueur les aliments ronds, comme les saucisses à hot-dog ou les raisins.
  • Retirez les noyaux et les pépins des fruits.
  • Coupez ou grattez la viande fibreuse et ajoutez du bouillon pour l’humidifier.
  • Tartinez les aliments collants, comme les beurres de fruits, en couche mince sur un craquelin ou du pain grillé plutôt que sur du pain.
  • Ne donnez pas de noix, de maïs soufflé, de jujubes, de bonbons durs ou de poissons contenant des arêtes à votre bébé.

Les étapes du développement liées à l’alimentation

Âge Étape physique Étape sociale*
De la naissance à 4 mois
  • Ouvre grand la bouche lorsque le mamelon touche le milieu de la bouche.
  • Tète et avale.
  • Vers environ 10 semaines, reconnaît d’où vient le lait.
De 4 à 6 mois
  • Augmente sa force de succion
  • Met les doigts à la bouche.
  • Socialise pendant le boire.
De 6 à 9 mois
  • Boit dans une tasse tenue par un adulte.
  • Mange des aliments mous à la cuillère.
  • Commence la mastication (dans un mouvement circulaire).
  • Aime tenir les aliments et manger avec les doigts.
  • Aime manger à table avec les autres.
  • Commence à montrer ses préférences et ses dégoûts envers certains aliments.
De 9 à 12 mois
  • Essaie d’utiliser la cuillère.
  • Améliore la prise pour manger les aliments avec les doigts.
  • Mange à des heures régulières.
  • Est conscient de ce que font les autres.
  • Imite les autres.
De 12 à 18 mois
  • Attrape et relâche les aliments avec les doigts.
  • Tient la cuillère, mais l’utilise avec maladresse.
  • Tourne la cuillère dans la bouche.
  • Utilise une tasse, mais maladroitement.
  • Veut les aliments que les autres mangent.
  • Adore se donner en spectacle.
  • Comprend les questions et les demandes simples (comme « non »).
De 18 à 24 mois
  • Voit son appétit diminuer.
  • Aime manger avec les doigts.
  • Aime goûter à différentes textures.
  • Se laisse facilement distraire.
  • Préfère certains aliments.
  • Accorde de l’importance aux rituels.

 



Révisé par les comités suivants de la SCP
Comité de nutrition et gastroentérologie
Comité consultatif de l’éducation publique

Mise à jour : décembre 2013